Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 décembre 2013 2 17 /12 /décembre /2013 16:46

La SNCF aime les horaires précis et déteste les chiffres ronds. Ce samedi, journée de grands départs des vacances, je poirote déjà depuis 30mn devant le seul guichet ouvert sur 3 de la gare SNCF de Cluses, fief haut-savoyard du décolletage et de l’horlogerie. Devant moi, plus de 15 personnes commencent à tourner en bourrique. Tout l’effet destressant de leurs vacances à la montagne part en fumée. Par bonheur, la guichetière est protégée d’une vitre. Devant le comptoir, un joli panonceau vous rend soit dingue, soit vous amuse pendant cette attente interminable. Ce jour, je fais le choix de la seconde option et m’évade de cette queue par la pensée en me lançant dans de savants calculs. Ces derniers sont complexes mais vérifiez bien, le préposé effectuera bien 7 heures par jour X 5 jours = 35 h par semaine. Exactement 3h55 de travail entre 8h10 et 12h05 puis 3h05 de labeur entre 14h35 à 17h40. 3h55 + 3h05 = 7 !!! Le compte est bon. 7 heures par jour ! De ce panonceau Kafkaïen, Jacques Prévert ou Boris Vian en auraient fait de superbes poèmes et chansons surréalistes. Y aurait-il un savant horloger à la SNCF de Cluses qui pourrait m’expliquer pourquoi l’option 8h-12h et 14h30-17h30 n’a pas été retenue pour l’ouverture des guichets? Solidarité des ouvriers du rail avec ceux du décolletage et de l’horlogerie ? Crise oblige, il s’agit certainement de relancer l’industrie de la montre… http://www.musee-cluses.fr

Repost 0
Published by philippemugnier - dans Décalé
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 00:21

Pour beaucoup, (parmi  ceux qui peuvent se permettre de quitter leur emploi pendant un temps),  les vacances ne sont pas différentes de ce qu’elles étaient il y a cinquante ans : la maison de famille, la plage, le camping. De plus, à travers le monde, des centaines de millions de gens rejoignent chaque année ceux à qui l’économie permet de reconstituer par un repos leur force de travail, pour améliorer la rentabilité des entreprises.

Pourtant, en fait, là comme ailleurs, des changements considérables sont en cours : de plus en plus de gens, dans les pays développés ou en développement, sont privés de vacances par la crise financière et par la peur de la précarité. Ceux qui peuvent encore en prendre les  organisent  autrement :  ils  choisissent des périodes de plus en plus courtes et différenciés,  soit parce  qu’ils doivent les diviser en tenant compte d’agendas complexes , comme  dans les familles recomposées ;  soit parce  qu’ils doivent, comme de plus en plus de jeunes, les raccourcir et  travailler en été  pour financer leurs études.  Soit enfin que la crise impose une telle pression que chacun, s’il le peut, prend un maximum de vacances, en attendant la catastrophe,  que  tous  pressentent.

De plus,  pour beaucoup de gens, les vacances ne sont plus seulement, comme l’étymologie le  laisse croire, un moment de vide.  Pour  certains, (et en particulier  les gens en retraite, en principe en vacances perpétuelles), elles constituent  des occasions de s’instruire, de  se trouver, de réfléchir.  Certains de ceux-là courent le monde, de façon épuisante. D’autres veulent au contraire  s’isoler du monde, pour un temps au moins.    D’autres enfin partagent la propriété ou l’échange de lieux de vacances, qu’ils utilisent de façon intermittente.

L’évolution des vacances ne s’arrêtera pas là ; d’autres tendances, beaucoup plus radicales sont à l’œuvre. On peut imaginer même  qu’un jour, pas si lointain sans doute, on assistera  non seulement au  temps partagé des lieux de vacances,  mais à  l’échange de vies : prendre,  pendant un temps,   des vacances de soi ;   devenir  un autre ;  vivre une autre vie, y compris   sentimentale.   Parce qu’on n’a aucune certitude de vivre plusieurs vies successives, on s’installera, pour un temps, (pour l’essentiel à l’intérieur de son groupe social, et  plus rarement en en changeant),  comme paysan ou  ouvrier, ou cadre. Dans son pays ou dans un autre.

Partir ainsi de soi pour un temps  servira non à   reconstituer  la force de travail, mais la force mentale de vivre une seule vie, pour ceux qui n’ont pas accès au luxe majeur de l’avenir : vivre à la fois plusieurs vies, etre multiple ; qui est au fond aujourd’hui le véritable luxe.  
Cela peut paraitre fou. Pourtant, bien des gens déjà font l’effort d’échapper à leur vie programmée.  Beaucoup plus de gens qu’on ne croit disparaissent à jamais de leur plein gré.


C’est évidemment un traumatisme pour leur entourage et, comme dans tous les domaines de la vie, on finira par accepter en toute transparence ce que des précurseurs osent faire en violation des lois et des règles morales. Comme on a accepté, après bien des scandales, le divorce, on acceptera sans doute un jour en toute transparence,  le divorce provisoire, la vie multiple passagère,  la vacance de la famille,  en lieu et place des vacances familiales.

Pensez y bien, et vous verrez que, d’une certaine façon, c’est déjà en germe dans la vie quotidienne de tous  et, plus encore,  dans les fantasmes de chacun.

Repost 0
Published by Jacques ATTALI - dans Prospective
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 15:35

C’est l’histoire d’un mec, qui sur l’insistance de sa femme voulant creuser un trou pour conserver les patates dans sa cave, transforme le modeste orifice en temple troglodyte de 21 mètres de profondeur (l’équivalent d’un immeuble de 7 étages !) sous sa maison… En 1983, Levon ARAKELYAN est un modeste manoeuvre dans le batiment et fait des va-et-vient de plusieurs mois entre l'Arménie et la Russie. Il reçoit soudain la visite d’un ange éblouissant et architecte en chef dans sa modeste maison de Arinj, proche banlieue de Erevan. L’ordre de l’ange est clair (sous la dictature, ça rigole pas...) : «  Je te confie un boulot – tu vas vivre 96 ans et des images vont t’apparaître pendant toutes ces années. Respecte ces ordres scrupuleusement - Constuit moi une cathédrale !». La spiritualité c’est bien beau en URSS athée - le temple attendra, mais en cette période de disette soviétique, sa femme Tosya se fait plus insistante « J’ai besoin d’un trou pour bien conserver les patates pendant l’hiver ». Deux ans plus tard en 1985, pour calmer son épouse Tosya devenue sérieusement menaçante, il prend son courage à deux mains et creuse le dur basalte de sa cave que tout le village juge impénétrable. Avec trois verres de cognacs arménien, l’œuvre est plus facile – le trou à patates est achevé mais sa peine n’est pas terminée - l'ange n'a pas la mémoire courte. Surprise, l’ange revient en le rappelant à l’ordre et sa vie bascule définitivement. Il démissionne de son boulot pour désormais ne plus  se consacrer qu’à l’exécution du plan divin dans sa maison : creuser une cathédrale souterraine. Sa femme ramenera la pitance mais le salaire de Levon en moins, il n’y a plus de patates pour sa famille de 4 enfants qui s’enfonce dans la misère. Plutôt que de s’élever alors vers le ciel, Levon creuse, creuse et creuse encore  17 heures par jour. La famille survit tout juste.  Mais sa force est surnaturelle, il creuse, creuse, creuse – à la force unique de sa main et sculpte cavités, chapelles, croix, alcoves…. Fort ému, Boris ELTISNE (après une visite à l’usine de Cognac Arménien ARARAT) en visite à Erevan lui offre de beaux outils bien plus pratiques. Conservés religieusement, Levon ne s’en servira jamais – il continue avec acharnement avec ses maigres ciseaux et marteaux. 24 ans après l’apparition de l’ange et une famille qui s’enfonce encore plus dans la pauvreté, le chef d’œuvre est magnifique – une véritable merveille souterraine. « Tout me vient en rêve pendant la nuit et au réveil, mon travail de la journée est très clair et chacun des centimètres est conforme au plan” dit Levon « Je ne veux pas sortir de cette cave, ce lieu est le mien et ma vie spirituelle est désormais totalement séparée du monde séculaire et ses problèmes ». Entre-temps, il évacue du sol plus de 450 camions de pierre et terre pour son œuvre en ayant bien en tête d’exécuter une cathédrale souterraine de 74 cavités – « Conformément à l’ordre » dira t-il. Impossible, la mort l’a emporté en février 2009 soit 30 ans avant ses 96 ans annoncés par l’ange qui n'aura ainsi pas tenu parole alors que Levon, lui - a bien joué le jeu - scrupuleusement ! Levon n'aura alors achevé "que" 8 pièces cavités (et tout autant de couloirs et escaliers) - un travail de titan. Sa veuve Tosya que j’ai eu l’honneur de rencontrer est évidemment inconsolable...(photo ci-contre, devant une autre oeuvre de Levon : le mythique Mont Ararat pardi !). Depuis, plus de 40 000 visiteurs sont venus découvrir l’œuvre de son défunt mari. La famille est définitivement sortie de la misère - n’a jamais pu s'offrir autant de patates et de capacité de stockage sous leur modeste demeure et merveilleux jardin…mais Levan n'est plus là. Cette histoire est belle et triste. Des gens forts simples pour une vie et oeuvre extra-ordinaires.Venez visiter cet endroit, Tosya a besoin de comprendre que son mari a bel et bien réalisé une oeuvre prodigieuse de sa vie comme du sous-sol de sa maison modeste pour la postérité.  Merci Tosya de ton émotion et la bonté de ton accueil. Ton Levon a été un être extraordinaire. That’s all folks - c'est en Arménie.

Repost 0
Published by philippemugnier - dans Tour du Monde
commenter cet article
13 mars 2012 2 13 /03 /mars /2012 17:49

Découragés par des listes d’attente interminables, des patients fortunés parcourent des milliers de kilomètres pour recevoir un rein, un coeur ou une cornée sans trop se soucier de leur provenance. Cet affreux trafic repose sur le manque de scrupules des uns et le manque d’argent des autres. Moins visible, le commerce des transplantations et le niveau type de tourisme qu'il génère repousse les barrières éthiques au seul profit de l’offre et de la demande. Face à la pénurie d’organes des pays développés, des donneurs des pays pauvres poussés par la pauvreté sont prêts à sacrifier un rein ou une cornée, quitte à rester ensuite sans soins.

L’enfer des donneurs "malgré eux"

"Dans le Pakistan rural, Haleem Bibi n’a pas eu le choix pour aider sa famille après la sévère blessure à la main de son mari. Pour joindre les deux bouts en février de l’année dernière, cette mère de 7 enfants a vendu un de ses reins pour près de 1 500 dollars à une clinique s’occupant de clients étrangers, prêts à débourser plus de 40 000 dollars pour une transplantation d’organe. Quelques mois plus tard, la famille de Bibi croule toujours sous les dettes et sa santé s’est détériorée après n’avoir reçu aucun soin post-opératoire, une constante pour ce type de commerce". Tel est le tableau effrayant qui ouvre le dossier du Bulletin de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Des milliers de personnes pauvres du Pakistan mais également d’autres pays se retrouvent exploités sur le marché international des organes. Selon l’OMS, près de 10 % des 63 000 greffes de reins réalisées chaque année dans le monde impliquent le paiement des donneurs non-apparentés et de différentes nationalités.

En Chine, ce sont les organes des condamnés à mort qui trouvent là un débouché financièrement juteux. L’origine des greffons permet même de programmer les transplantations selon le choix du "client". Mais le pays se s'est récemment engagé à ne plus recourir à ce type de pratiques lors de la conférence de Guangzhou sur les transplantations… évitant ainsi une mauvaise publicité quelques mois avant le début des Jeux Olympiques de Pékin. Le rouleau médiatique compresseur des JO étant désormais terminé, retrouvons vigilence...

Selon Organs Watch, projet indépendant de scientifiques, la liste des pays soupçonnés de ce type de trafic est longue : Pakistan, Chine, mais aussi Afrique du sud, Inde, Moldavie, Brésil…

Favoriser les alternatives au don pour mettre fin à ce tourisme morbide

En 2006, en France, près de 12 400 personnes ont eu besoin d’une greffe d’organes et 229 patients sont décédés faute de greffon. Chaque année, le nombre de personnes inscrites en liste d’attente est plus élevé (+ 4 % en 2006) et le décalage entre le nombre de nouveaux inscrits (5 433 en 2006) et le nombre de greffes réalisées (4 426 en 2006) reste important.

Différentes approches ont tenté de lutter contre le manque d’organes disponibles.

Parallèlement, la recherche progresse tentant de mettre au point des alternatives au don d'organes, comme les greffes d’organes d’animaux, des organes artificiels ou la mise en culture de cellules ou d’organes humains. Enfin, des soins préventifs s’avèrent nécessaires pour empêcher l’apparition de maladies nécessitant des greffes. Mais aucune de ces mesures ne saurait constituer des solutions crédibles dans les 5 à 10 ans à venir.

Faut-il autoriser le commerce d’organes ?

En 1991, l’Assemblée mondiale de la santé adopte le principe de l’interdiction du commerce d’organes : "Le corps humain et ses organes ne peuvent être l’objet de transactions commerciales. De ce fait, donner ou recevoir paiement (incluant toute forme de compensation ou de récompense) pour des organes doit être interdite".

Mais aujourd’hui, certains professionnels de santé vont jusqu’à remettre en cause ce principe. C’est le cas de Amy Friedman chirurgien américain spécialisé dans les transplantations qui plaide dans le British Medical Journal pour un paiement des donneurs vivants non-apparentés. Selon lui, ce procédé permettrait d’augmenter l’offre via un marché légal et d’éliminer ainsi les trafics, en rendant la procédure plus claire pour toutes les participants. Outre des réserves éthiques évidentes, un tel système (déjà en place en Arabie Saoudite) attire immanquablement les catégories les plus pauvres de la population sans pour autant répondre pleinement à la pénurie de greffons. Enfin, une officialisation de ce commerce ne mettrait pas pour autant fin au trafic d’organes dans les pays défavorisés, où de nombreux candidats au don resteront séduits par l’argent, ou devront céder à des pressions autres que financières. Même en cas d’adoption de règles éthiques dans ces pays, il sera plus que difficile de les faire respecter avec un système sanitaire insuffisamment structuré
Un système de transplantation basé sur l’argent devrait immanquablement accroître les inégalités, jusqu’à donner un prix à l’intégrité du corps ou à la dignité. A l’inverse, un système basé sur la solidarité et le don avec pour seule motivation le fait de sauver des vies n’apparaît pas suffisant pour régler le problème de manque de greffons.

Repost 0
Published by Philippe MUGNIER - dans Politique
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 17:50

  Le tourisme est une industrie merveilleuse… Elle n’a de cesse d’inventer de nouvelles beautés sans lesquelles l’Homme ne pourrait construire et éduquer son sens du Beau, du Noble, du Vrai, de l’Héroïque. Il y a encore quelques années, la découverte touristique était une révision, illustration ou approfondissement « en réel » et sur le terrain de nos cours oubliés et biens enfouis de géographie, géologie, botanique, histoire, architecture ou encore politique. Les vacances d’alors avaient un goût d’après classe et l’instituteur était remplacé par le guide à casquette. Toute visite était alors prétexte à se confronter par la pierre à la réalité passée des Grands Hommes, des Grands Faits, des Grandes Œuvres de l’art et des techniques et de la magie réelle de la nature. Désormais, le jeune touriste devra avoir fait un petit détour par « Voici », « Paris Match » et le « Journal de 20h » pour bien comprendre ce que ses parents veulent lui montrer en vacances parmi les nouvelles beautés incontournables de ce monde. Le voyageur Ulysse, désormais imbibé par l’industrie envahissante de l’entertainment et de la  « pipolisation » du monde trouve désormais ses héros où il peut – dans les magazines chez son coiffeur s’il n’a les moyens de voyager ou alors sur les lieux que l’industrie du tourisme désormais « pipolisée » à grand renforts de publicité. Magie du tourisme, chaque lieu de ce monde peut devenir un must touristique par la puissance de l’industrie de l’imaginaire et du futile. Le poème se déclame maintenant ainsi : Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage  et comme cestui là s’est exalté en découvrant le « Pont de Rivière Kwai » de Steve McQueen au Sri Lanka, a joggé sur le même chemin que Sarkozy à Brégançon, a retrouvé avec émotion le lavoir de la Mère Denis dans le Morbihan, à joué à Passepartout à Fort Boyard en Charente, a crapahuté dans les volcans de la pub Volvic, a retrouvé l’hôtel de l’île Maurice sur la plage duquel Emmanuel Béart a dévoilé sa poitrine à la France entière, a retrouvé le pont du village de Bergues  à partir duquel le facteur Ch'Ti Dany Boon a pissé dans la rivière, a savouré les paysages de Patagonie dans lesquels Florent PAGNY exerce sa liberté de penser, a remplacé le guide Michelin par la prose DaVinci Codienne pour la découverte des grands monuments parisiens, à navigué dans l‘lndochine de Catherine Deneuve… (ou de Marguerite Duras pour les plus cultivés),…

A côté des merveilles bien réelles qui visiblement ne suffisent plus à satisfaire les touristes, l’industrie avait déjà inventé le commerce du souvenir de pacotille. Désormais, l’objet du tourisme est aussi de visiter des pacotilles. Le show-business est désormais le meilleur allié de l’industrie des voyages.

Repost 0
Published by philippemugnier - dans Marketing
commenter cet article
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 17:24
Témoignages on-line sur www.koryogroup.com- agence on-line spécialiste de la Corée du Nord.... Pour ma part, je n'ai rien à rajouter.
north_korean_army_babes_md.jpg
"A trip to North Korea is the greatest possible adventure, there is simply nowhere as amazing, if you do not visit you are missing out…but until you have been it is difficult to tell just how mind-blowingly wonderful it all is!"
Andy Kershaw BBC Radio 3, on his 4th visit to North Korea with Koryo Tours for his music tour, November 2003 (From a US tourist - August 2007)
Dear Hannah, A million thanks for the tour to the most fascinating country in the world! It was all I dreamt it would be and much more. I really appreciate your time and patience in making the trip truly enjoyable, memorable and educational. I hope to travel with Koryo Tours again in the future.
Please send my thanks to Simon and Nick as well. Thanks!!!!! 

    
Repost 0
Published by Philippe MUGNIER - dans Décalé
commenter cet article
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 14:43

Vous êtes l'heureux maître d'une peluche qui recherche désespéremment une véritable visite culturelle, un peu de repos, de la relaxation et du dépaysement ? L'océan de douceurs et reconfort que votre ours en peluche vous procure depuis votre tendre enfance mérite bien une belle reconnaissance de votre part, non ? Vous pouvez donc désormais lui offrir le voyage de ses rêves. L'agence TEDDY TOUR à  BERLIN propose à votre peluche préférée une semaine de vacances pour une visite complète de Berlin (monuments majeurs, shopping, musées, ...), un picnic au parc ou encore les soins attentifs d'un physiothérapeute. Naturellement,  votre peluche reviendra avec un superbe album photo de ses périples et vous recevrez quelques jours plus tard ses cartes postales de tendre reconnaissance. 

Trois principes forts guident les prestations de l'agence :
1.  La sécurité - et ce de son arrivée à l'aéroport à la fin du voyage. Normal, une peluche fait partie des êtres les plus irremplaçables qui soient. Leur perte est tout bonnement impensable pour vous.
2. La non-discrimination : quelque soit la race et couleur, nationalité, religion, orientation sexuelle, forme physique ou psychologique de votre peluche - le service sera au top.
3. L'environnement : tout son périple se fera en vélo ou en transports en commun, votre peluche pouvant ainsi pleinement se vivre en eco-citoyen

4 packages sont possibles de 39 à 139 €  : circuit "paparazi", "compact", '"exclusif" ou "deluxe"

Repost 0
Published by Philippe MUGNIER - dans Décalé
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 22:26

 

Fumeuse, intrigante voire inquiétante la multiplication récente de nouveaux clercs dans leurs chapelles parfois dogmatiques, souvent prétentieuses et sures d’elles même pour décrire une réalité touristique à leur yeux fort insatisfaisante et prétendre la changer via de nouveau concepts et produits dans l’air du temps tels le « Tourisme équitable », le « Tourisme éthique », le « Tourisme solidaire », « Tourisme durable ». Intentions louables dans leurs fondements à priori – je suis comme eux, j’aspire pleinement en intentions et en actes via mes pratiques touristiques à la paix dans le monde, l’éducation, la richesse et la santé pour tous les humains dans un environnement préservé de la folie des hommes sauf que choisir de s’autocélébrer et se présenter comme adeptes et promoteurs du « Tourisme éthique », « Tourisme équitable » ou « Tourisme solidaire », « Tourisme durable », revient par la même à créer les catégories opposées - par lesquelles les non-adeptes de la "bien faisance" touristique sont par oppositions et non adhésion censés se caractériser et se ranger logiquement.

Ceux qui  n’ont jamais acheté de leur vie un produit labellisé et auto-proclamé « Tourisme éthique », « Tourisme équitable » ou « Tourisme solidaire », seraient donc des vacanciers adeptes du « Tourisme immoral », « Tourisme égoïste » ou « Tourisme inéquitable» , « Tourisme éphémère »? Créer et promouvoir ces notions en mon sens moralisantes revient à désigner les « purs » et les « nobles » d’âme et d’action d’un coté et les « salauds » et « vils » de l’autre. Mais que fait le parlement, que fait la police ? Si les soucis dénoncés par certaines de ces nouvelles mouvances touristiques n'étaient pas aussi graves, le "Code du Tourisme" n'aurait-il pas changé radicalement la donne à coup de Lois, Décrets contraignants et peines sévères ? Puisque non, j'en déduis que l'heure n'est pas si grave...je fais encore confiance en la sagesse du Parlement et réalisme de la Justice... Souvent, je rêve de poser les questions suivantes à certains activistes de la noble cause moralo-touristique. Dans leurs réponses (ou plutôt non-réponse), l'euro-centrisme joue souvent à plein. 

·         Les militants d’un tourisme chez l’habitant en Mauritanie ouvrent-ils la porte de leur appartement parisien aux touristes coréens ou émiratis de passage ?

 

·         Les tentes de SDF sur les bords de Seine à 300m du « George V » suscitent-elles les mêmes indignations que les favelas à proximité du centre ville de Rio ?

 

·         Les militants du droit à la découverte du monde pour tous, mettent-ils en œuvre des systèmes de financement de vacances dans l'occident riche pour papous ou roumains peu fortunés ?

 

·         Les moralisateurs stigmatisant le tourisme sexuel entre adultes consentants à l’étranger ont-ils bien mesuré la réalité du tourisme sexuel international dans l’économie touristique parisienne, de la ville d’eau de Châtelguyon ou du camping des Flots Bleus à Palavas ?

 

·         Les acheteurs de « packages » certifiés tourisme éthique et durables en forêt amazonienne ont-ils traversé l’Atlantique en kayak ou en montgolfière pour limiter au mieux l’émission de Carbonne ?

 

Dans les années 30, mon grand père alors pauvre paysan avec une famille à nourrir dans les Alpes fermées au monde extérieur et aux modes de vie rétrogrades, a fait le choix de changer radicalement sa vie en une génération à peine pour être acteur à pleines dents du  tourisme de masse globalisé et pour grande partie financé et piloté par des pays voisins alors beaucoup plus riches. Pour ma part, je ne suis pas né comme mon père dans une ferme misérable mais dans un hôtel. Deux générations plus tard, je pense donc toujours à lui avec grand respect et reconnaissance lorsque au nom de l’éthique, de la durabilité, de la préservation d’us folkloriques et des modes de vie traditionnels j'entends encore parfois quelques nouveaux Ayatollahs de  la « bien-pensance » touristique qui déballent leurs  grands principes moralisateurs pour ceux qui tombent dans leurs pièges culpabilisants.  Merci grand père - j'adore ce que ton village www.lesgets.com est devenu et m'a permis d'être.

L’enfer est pavé de bonnes intentions… 
 

« La valeur des vacances, c’est la vacances des valeurs " Edgar MORIN 

Repost 0
Published by Philippe MUGNIER - dans Coup de gueule
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 13:17

Je suis frappé, ne trouvez vous pas que le logo d'Estetika Tour, voyagiste tunisien spécialiste de la "reconstruction de l'hymen" -  ressemble terriblement au nouveau logo de promotion de la destination France ? Clin d'oeil marketing aux récentes décisions de justice qui invitent Mariane à se présenter vierge devant le Maire, représentant municipal de la République ? Inch'allah, chez  www.estetikatour.com/hymenoplastie.shtml,  Mariane n'a pas la poitrine à l'air et son hymen est dûment recousu... ouf la morale est sauvée du côté tunisien - la virginité est retrouvée. Estetikatour est donc un voyagiste à classer dans la catégorie "tourisme éthique". Du côté français, notre mariane passerait même pour une vraie "trainée"...  avec sa poitrine charnue, son sourire aguicheur et la couleur rouge qui rappelerait les rouges à lèvres les plus sensuels...



Fausses vierges, l'industrie du tourisme a donc pensé à vous (qu'elle industrie merveilleuse dites donc...cela s'appele du "marketing de niche"). Pensez donc, prix d'un "package hymenoplastie all inclusive" (ça veux dire "open bar" - on a beau vouloir redevenir vierge, un whisky coca au bar de l'hôtel reste cependant bienvenu) = 1250 €  - à peine !!! Avouez que ce prix modique est un bel incitateur à profiter pleinement de sa vie sexuelle post-pubère et pré-mariage.
Merci Estetikatour pour votre forte contribution à l'épanouissement sexuel avant mariage et vôtre politique de coûts bas accompagnant pleinement la libération sexuelle de la femme. Une réserve cependant,  vos coûts modiques sont de vrais incitateurs à la débauche avant mariage. Là vous allez très loin dans l'incitation à la luxure et dépravation. Mais puisque les "autorités" touristiques (Syndicat National des Agents de Voyages et Office du Tourisme Tunisiens, Organisation Mondiale du Tourisme garante de la bonne exécution de la "Charte du Tourisme Ethique" ..) ne trouvent rien à redire, je prends acte. Je m'incline...

Machos crétins et  soumises (voir PS1* - bougez vous les filles ! Où sont les passionaria qui sommeillent en vous ? Débout ! Réveillez-vous ! Révoltez vous ! La liberté ne se demande pas, elle se conquiert!) de tous pays  www.estetikatour.com/hymenoplastie.shtml
 - ce site est pour vous!

Prochaine étape prévisible : des charters de fausses mais futures vierges sur les lignes de VIRGIN ATLANTIC Paris Charles de Gaulle/Monastir  ?


PS1* : "No one can make you feel inferior without your consent" - Anna Eleanor ROOSEVELT
"Je me révolte, donc nous sommes" - Albert CAMUS

PS2. Estetika Tours n'a rien inventé -  en effet, il y a environ 2000 ans, au tout début du tourisme, une touriste vierge fit le voyage de Judée pour Bethléem  dans une chambre d'hôte très très sommaire car mal chauffée où bon nombre d'animaux se sont tapés l'incruste : boeuf, âne, cafards, ... (nous n'avons pas retrouvé le nom du tour-opérateur de l'époque, il a du faire faillite). Bien que mère de famille, elle resta pourtant vierge pour la postérité... Certainement l'effet de 3 mages chirurgiens venus du désert tunisien...


Repost 0
Published by Philippe MUGNIER - dans Coup de gueule
commenter cet article
9 janvier 2009 5 09 /01 /janvier /2009 23:17

En 2003, après La Terre vue du ciel, Yann Arthus-Bertrand a lancé avec Sibylle d'Orgeval et Baptiste Rouget-Luchaire le projet "6 milliards d'Autres". 5.000 interviews ont été filmées dans 75 pays par 6 réalisateurs partis à la rencontre des Autres.

Du pêcheur brésilien à la boutiquière chinoise, de l'artiste allemande à l'agriculteur afghan, tous ont répondu aux mêmes questions sur leurs peurs, leurs rêves, leurs épreuves, leurs espoirs :
Qu'avez-vous appris de vos parents ?
Que souhaitez-vous transmettre à vos enfants ?
Quelles épreuves avez-vous traversées ?
Que représente pour vous l'amour ?...

Une quarantaine de questions essentielles permettent ainsi de découvrir ce qui nous sépare et ce qui nous lie. Ces portraits de l'humanité d'aujourd'hui, déjà partiellement accessibles sur le site www.6milliardsd'autres.org seront présentés au Grand Palais lors d'une Exposition du 10 janvier au 12 février 2009.

Repost 0
Published by philippemugnier - dans Pub et copinage
commenter cet article

Blogueur


Photo Philippe MUGNIER - Président d'ATTRACT 

Philippe MUGNIER,

profil pro par ici...

et Twitter par là...

 

 

 

Philo soft

"Nos esprits sont libres, au delà des murs, au delà des frontières et au delà des mers"
Sage anonyme

"Le seul véritable voyage n'est pas d'aller vers d'autres paysages, mais d'avoir d'autres yeux" 

Marcel PROUST


"Il n'y a d'homme complet que celui qui a beaucoup voyagé, qui a changé vingt fois la forme de sa pensée et de sa vie"
Alphonse de LAMARTINE

"Quand on ne veut qu'arriver, on peut courir en chaise de poste ; mais quand on veut voyager, il faut aller à pied"
Jean-Jacques ROUSSEAU

"Il n'y a qu'une espèce valide de voyages, qui est la marche vers les hommes"
Paul NIZAN

"Voyager ne sert pas beaucoup à comprendre mais sert à réactiver pendant un instant l'usage des yeux : la lecture du monde"
Italo CALVINO

"Je réponds ordinairement à ceux qui me demandent raison de mes voyages : que je sais bien ce que je fuis mais non pas ce que je cherche"
MONTAIGNE

"La croisance de l'Homme ne s'effectue pas du bas vers le haut, mais de l'intérieur vers l'extérieur"
Franz KAFKA

"Je suis les liens que je tisse"
Albert JACQUARD

"Le plus grand voyageur est celui qui a su faire une fois le tour de lui-même"
CONFUCIUS

"Tout bien considéré, il y a deux sortes d'hommes dans le monde : ceux qui restent chez eux, et les autres".
Rudyard KIPLING

"A les français, ça voyage mal...c'est comme le camembert"
Claude ZIDI

 

 

 

Tour du monde